More and more (Collectif)

 

Il parait qu’on ne peut pas vivre sans croire alors

En quoi faut-il croire?…

Cette question, c’est le point de départ de la recherche du collectif Adada pour sa nouvelle création More and More.

Faut-il croire en la Science? en l’Homme? au Paradis? au Collectif? à la Culture?…

C’est en parlant de culture justement que nous sommes tombés sur cette pièce inachevée de W. Shakespeare sur la vie de Sir Thomas More. Nous étions au début de la crise des migrants et le parallèle était hallucinant avec les émeutes du Evil May Day que More eu à gérer comme chef de la police de Londres…

Et dans cette période où la question légitime que tout le monde se posait est: qu’est-ce qu’on peux faire face à cet état du monde? finalement, avec cette pièce nous avions l’exemple d’un homme qui a FAIT, qui a agit, qui a pensé, et qui a théorisé. Car Thomas More fut un des plus éminent humaniste anglais, auteur en 1516 d’ Utopie , livre qui fonde la pensée utopiste; l’un des ouvrages les plus lu de la littérature européenne moderne pendant les Lumières.

Nous nous sommes donc demandé s’il fallait croire en l’Utopie… Et travailler sur l’utopie nous a révélé l’empreinte que le monde avait sur nous, le tragique de la situation en quelque sorte! Sauf qu’il n’était pas possible de rester dans ce tragique. Il fallait basculer dans l’absurde; dans l’absurdement drôle.

De nos morales à nos principes, nous avons interrogé qui nous sommes…

En quoi faut-il croire? en la politique, en Dieu, en soi, en l’Europe, en la famille, en la croissance, en l’instant, aux miracles?…

Fresque musicale alternant fragments de vie; expériences scientifiques sur le comportement humain en laboratoire, science-fiction sociale et poésie animale, le collectif Adada pose plus de questions qu’il ne donne de réponses mais faut-il croire les réponses qu’on nous donne?…

Avec: Benjamin Bernard, Grégory Corre, Fanny Decoust, Erwan Laurent, Hélène Risterucci

Production déléguée: Koud’ju

 

Pour le dossier c’est ICI!!!